Pays Basque Inedit

Découvrez le Pays Basque autrement

Catégorie : A pied Page 2 of 4

A découvrir – Les Grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya

Les grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya (Izturitze eta Otsozelaiako leizeak, en basque), ou grottes d’Oxocelhaya et d’Isturits1 forment une série de grottes naturelles avec habitat préhistorique situées sur le site naturel de la colline de Gaztelu dans la vallée de l’Arberoue, en Basse-Navarre dans le département des Pyrénées-Atlantiques.
Elles font partie du réseau de grottes ornées de la chaîne pyrénéo-cantabrique, et sont classées par les monuments historiques depuis 1953
La grotte d’Isturitz, la première, est mondialement connue des archéologues. On y a retrouvé près de 45 000 pièces de mobilier et objets d’art, témoignant de la présence d’atelier de fabrication de vêtements datant d’il y a 14 000 ans ! Sur ses parois, des gravures rupestres remarquables, dont un pilier qualifié d’oeuvre d’art où trois animaux superposés interpellent encore les chercheurs.
Plus bas, la grotte sanctuaire d’Oxocelhaya est un ravissement pour les yeux, un chef d’oeuvre de la nature. Cette cathédrale du temps arbore des concrétions millénaires entrainant le visiteur dans la féérie d’un monde souterrain grandiose : stalactites, stalagmites, drapées, lignes cristallines, cascades, colonnes… qui témoignent d’une zone toujours en activité.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Les sources de la Nive et les salines d’Ugarré

J’avais déjà entendu parlé des sources de la Nive, une résurgence d’eau situé dans la commune d’Esterençuby que j’ai pus retrouver en partie sur Google. Et totalement par hasard, je suis tombé sur autre chose, qui doit être situé dans le même lieu, “le puis salé d’Ugarré” aussi appelé “Salines d’Ugarré”. 
Comme d’habitude pour les lieux dont on ne vous parlera pas dans les Office de Tourisme, il faut aller chercher la suite sur internet. Enfin si on a de la chance….
J’ai donc trouvé 3 pages de sites internet que je vous ajoute ici et que j’ajouterais dans la partie Bibliographie si ce n’est pas déjà fait. 
 

 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – L’ancienne redoute de Chateau-Pignon

Je viens de voir que Youtube ne propose qu’une vidéo familiale pour l’ancienne redoute de Chateau-Pignon.
La redoute a été construite en 1512, lors de la prise de la Navarre par que Ferdinand le Catholique. Elle à ensuite été le théâtre de plusieurs batailles entre Français, Espagnol et même Anglais. La forteresse était constituée de deux parties : un polygone de 100 m de circonférence cerné par un rempart et deux saillants accolés, destinés à renforcer les défenses.
fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
Mes recherche sur internet concernant l’ancienne redoute n’ont pas été très concluantes et selon les images de Google il n’y a pas vraiment de chemin pour monter jusqu’au sommet.
C’est donc une balade qu’il est préférable de faire avec au moins un téléphone pour reprérer les lieux.
Situé sur un sommet proche de la D428 il est aussi possible d’y accéder depuis un embranchement au niveau de la Vierge de Biakorri. 
Je n’ai pas non plus trouvé de photo précise du lieu, donc, c’est une balade à l’aveugle, ou vous pouvez attendre que j’aille y faire un tour pour donner plus d’indications. 

 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – La tour d’Urkulu au col d’Arnosteguy

 

La tour d’Urukulu surplombant l’ancienne voie reliant le pays de Cize (Saint Jean Pied de Port) à la vallée d’Aezkoa, juste au dessus du col d’Arnosteguy, est un vestige d’une tour-trophée romaine du premier siècle qui marquait la frontière entre la Gaule et l’Espagne et commémorait la conquête de l’Aquitaine.
Le terrain permet plusieurs accès, une route et deux chemins mènent à la tour. 
L’OT Pays Basque propose de partir à pied depuis le col d’Arnosteguy et de faire une boucle 
https://goo.gl/RFCtks
Sur Google Map on peut voir que depuis la D428 une route qui à l’air goudronnée arrive pratiquement jusqu’à la tour. 
 

 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Le vignoble d’Irouleguy

Ce sont “des” balades, en voiture ou à pied, et des dégustations que nous vous proposons dans cet article. 
Les vignobles d’Irouleguy, dont le syndicat existe depuis 1945 existait probablement déjà avant l’ère chrétienne.  Il s’étend sur 15 communes entre Saint Etienne de Baigorry et Saint Jean Pied de Port et compte 12 vignerons localisés sur la carte juste en dessous.
Le site internet du syndicat http://irouleguy.net/ présente les différents vignerons et il est possible de découvrir, dans les articles qui correspondent, si ils proposent des visites avec, au cas ou, les heures et les jours d’ouverture. 
Les offices de tourisme local ont aussi de la documentation sur le sujet, j’ai essayé d’en trouver un exemplaire sur internet mais sans résultat.
  AOP Irouleguy
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – La Rhune

C’est une balade familiale ou sportive selon la façon dont on l’aborde. Le site https://www.visorando.com/randonnee-la-rhune/ propose une balade aller/retour à partir du village d’Ascain.
Pour les plus sportif, l’événement Skyrhune http://www.skyrhune.com est une course en montagne particulièrement physique pour ceux qui souhaitent arriver, comme le vainqueur de l’année dernière, en 1h53.
Pour les familles un train a crémaillère en service depuis 1924 permet de gravir la montagne sans efforts. https://www.rhune.com/fr/ 
Le site propose de prendre un billet en ligne, ce qui est préférable vu le nombre de touristes qui ce pressent pour monter. La basse saison et de mi-Mars à début Juillet et début Septembre à début Novembre.
Le site internet de la Rhune dit qu’il est possible de visiter le sommet en 35mn. Pour y être aller (il y a bien longtemps) je trouve ce temps un peu court pour prendre le temps de découvrir le lieu, surtout qu’actuellement diverses activités sont proposées.
Il est aussi possible de monter à pied et redescendre en train (billet à prendre en haut) ou de redescendre à pied
Gorges de kakuetta
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Partez à l’aventure avec les cartes du site !

Cliquez en haut a droite sur “Agrandir le plan

Dans “Lieux” – cliquez sur le lien 

En haut dans la partie rouge cliquez sur le panneau avec la flèche

 Une fois dans Google Map ajoutez votre lieu de départ

 

 

 

Les gorges de Kakuetta

C’est une balade familiale .
Trajet de deux kilomètres au fond des gorges, profondes parfois de plus de 300 mètres.
Ces gorges qui ont été explorées pour la première fois en 1906 par Edouard-Alfred MARTEL, spécialiste des expéditions scientifiques sont aujourd’hui protégées.
01
Altitude: 630 M. Dénivelé: 540 M.
Durée: 02H00. (Aller et retour à titre indicatif) Période conseillée: De Mars à Novembre.
Difficultés: Aucune. Sortie pour tout public Matériel: Prévoir de bonnes chaussures de marche
Falaises vertigineuses, végétation luxuriante, refuge de rapaces majestueux, le coeur de la montagne basque réserve bien des surprises aux amoureux de la nature !

Les Gorges de Kakuetta, Amazonie des latitudes tempérées, invite les visiteurs à sillonner un large canyon sur près de 2 km de long, le long d’une rivière tortueuse.

Gorges de kakuetta

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

La Villa Arnaga

Edmond Rostand a 32 ans lorsque, mal remis d’une pleurésie contractée pendant les répétitions de L’Aiglon, il loue à Cambo la villa Etchegorria.
À son retour de Paris, où il vient d’être élu à l’Académie française (1901), il achète une parcelle située sur une colline où serpente l’Arraga. Il aménage le terrain et de 1903 à 1906 fait construire la villa, où il écrira Chantecler.
On compte parmi les amis qui participent aux réceptions fastueuses qui s’y déroulent — qui conduiront son propriétaire à la ruine, les droits d’auteur de Chantecler y seront engloutis — le compositeur et pianiste Jules Massenet.
Après la mort de Rostand en 1918, le mobilier et sa bibliothèque sont dispersés, dont en particulier des panneaux anciens et précieux en laque de Coromandel.
La municipalité achète la villa en 1960 pour en faire le « Musée Edmond Rostand ».
Vous serez éblouis par les décors luxueux des 19 pièces de sa villa de style néo-basque, mais aussi étonnés par la modernité des installations : électricité, eau chaude, hydrothérapie… Vous tomberez également sous le charme des 4 hectares de jardins à la française qui viennent de retrouver leur perfection après trois années de travaux. La douceur du jardin anglais et le calme de la basse cour agrémenteront agréablement votre visite. Véritable poème de pierre et de verdure à découvrir ou a redécouvrir!

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Le Jara

Dans les sommets du Pays Basque tout le monde connais la Rhune et Iraty, qui sont partout sur les guides de voyages. Mais il y en a bien d’autres dans ce pays ou la majorité du terrain est vallonné.




[ngg_images source=”galleries” container_ids=”34″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]




Nous sommes montés au Jara, affiché sur les cartes comme étant sur la commune d’Irouléguy il est en fait bien plus près de Saint Martin d’Arrossa.
En grand sportifs que nous sommes, c’est en voiture que nous avons atteind le haut de la coline, mais si le but de la marche n’est pas d’arriver en haut mais bien de profiter d’un paysage magnifique que l’on peut voir sur le trajet, le Jara est un des sommets qu’il faut vraiment faire à pied pour apprécier l’étendue du Pays Basque interieur.
En voiture c’est un peu particulier, ca monte raide, la route est étroite, parfois pas bien goudronnée, et avoir un GPS peut être une bonne chose pour ne pas ce perdre dans le méandre de voies qui ce perdent sur les crêtes et dans les vallées avoisinnantes.









Il y avait un vent à décorner les boeufs, mais pas une seule vache, juste des moutons d’une ferme voisine. Par contre le temps clément nous a permis de voir plusieurs oiseaux, des milans et des vautours.
Aussi étonnant que cela paraisse, nous y avons aussi trouvé un lieu ou pic-nicker, avec table et bancs en bois. Je n’en avais pas parlé dans mon premier article il a presque 1 an, parce que cet espace n’existait pas quand j’y suis monté la première fois.








Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén