Pays Basque Inedit

Découvrez le Pays Basque autrement – (PBInedit)

Catégorie : A pied Page 2 of 5

Dolmen de Gasteynia

C’est en partant à la recherche d’un hypothétique sommet avec un beau point de vue entre Mendive et Esterençuby que nous sommes tomber sur un minuscule panneau indiquant “Dolmen” sans autres informations.
Nous sommes partis voir ce site historique remarquable ( il a un article dans wikipedia ).
Un peu plus tard, alors que le premier article sur ce lieu était parus depuis un moment j’ai eu un message du responsable de l’équipe d’archéologue qui fait des recherches sur les dolmens des Pyrénées Occidentales.
Les recherches sont en cours et vous pourrez trouver plus d’infos sur sa page pro
Pablo MARTICORENA
et sur le site MégaNéo.
Donc, en attendant que les fouilles soient finies et les résultats publiés j’ai modifié la carte Google Map pour ne pas donner l’emplacement exact du dolmen.
Il est, bien sur, tout a fait possible de s’y rendre quand même mais il s’agit d’un terrain privé, fermé par une barrière et il y a des bêtes en pâturages (des chevaux au moment ou nous y étions) donc refermez bien les barrières.
Et comme vous êtes des gens bien élevés, si vous créez des poubelles sur place, emportez les avec vous en partant…
Dolmen de Mendive de Alex Bouvet sur 500px.com

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Les grottes de Sare

 

3e site le plus visité du Pays basque, les Grottes de Sare vous proposent une visite guidée en sons et lumières. Elle se compose de plusieurs thématiques : une géologie fascinante et atypique, l’occupation temporaire de la cavité par l’homme préhistorique sans oublier un pan de notre histoire à travers la mythologie mais aussi une approche des origines du peuple basque avec sa langue, ses traditions et ses paysages.
Cette visite a été conçue selon les travaux et écrits de J.-M. de Barandiaran, l’un des plus grands anthropologues de son temps. Une heure de visite, où le guide vous apportera des compléments d’informations, tout le long d’un parcours entièrement aménagé et sécurisé. Au rythme de la txalaparta, vous admirerez l’extraordinaire travail de l’eau depuis des millions d’années.
Franchissez l’un des plus grands porches du Pays basque, remontez les galeries pour observer méandres, tubulures, gours et autres concrétions sans oublier le site d’habitat préhistorique où se réfugiait l’homme. Les grottes de Sare vous surprendront par la qualité et l’originalité de leurs aménagements qui en font une visite interactive pour petits et grands.

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Les Bardenas

Nous sommes partis balader il y a quelques mois entre Pampelune et Tudela pour découvrir un lieu assez exceptionnel, le désert des Bardenas.
Nous ne sortons pas du Pays Basque, enfin, tout dépend du point de vue, puisque, d’un coté, nous sommes en Pays Basque Espagnol et de l’autre en Navarre. Pour les touristes le Pays Basque Espagnol c’est loin, et pour les locaux, la Navarre c’est pas obligatoirement le Pays Basque non plus.
Caché en plein milieu des montagnes Pyrénéennes, entre la cote Atlantique verdoyante et les hauts alpages pyrénéens.
C’est en fait un désert plutôt étonnant ou le sable et le blé ce mélangent au gré des vents et des pluies.
Les chemins carrossables sont bien indiqués mais apparement pas pour Google…
Y aller depuis les environs de St Jean Pied de Port nous a tout de même pris 3h. Enfin, le délais est un peu élastique puisque à l’entrée des Bardenas, il n’y avait… rien.
En fait nous avons suivit l’itinéraire prévu par le GPS jusqu’à trouver le premier panneau qui indiquais le désert, puis, nous avons suivit les panneaux… Et nous avons traversé toutes les Bardenas de Mélida à Arguedas.

Désert des Bardenas de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

A découvrir – Le pic d’Irau

Le Pays Basque est parsemé d’une multitude de colline qui sont toutes nommées “pic” alors qu’elles sont particulièrement arrondies…
Et voilà que je tombe sur le “pic d’Irau”, je regarde quelques sites internet et je me rend compte que personne ne parle de sa particularité. Le “pic” est en fait un double pic… c’est quand même pas rien quand 90% des autres sont ronds ! 
Encore une balade pour les acharnés de la montagne. Le dénivelé depuis le lieu le plus proche ou l’on peu ce garer n’est que de 100m, mais apparemment il n’y a pas de sentier pour y monter et selon d’ou on le prend on doit s’approcher de l’escalade…
Une fois en haut la vue doit être magnifique et bien dégagée. 
Je viens de voir que Google n’indiquais pas le Pic d’Irau mais le Col d’Irau, une fois au col impossible de rater le pic, il est juste à coté.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Le pic de Béhorleguy

Attention balade a réserver aux grimpeurs acharnés. Vous allez voir la vidéo, et les courbes de niveaux de Google disent la même chose, ce n’est pas de l’escalade mais c’est très très raide !
Je note, tant que j’y suis que, toujours selon les recherches google map, il est préférable de garer la voiture vers le col de Landerre, je vous aurait bien dit Haritxarte mais impossible de savoir comment c’est sur place.
Le pic de Béhorleguy est particulier de par sa pointe et du fait qu’on le voit pratiquement depuis Saint Jean Pied de Port. Son coté pointu est en même temps un atout et un défaut puisque même si il aide à ce repérer ce n’est pas à son sommet que beaucoup monterons pour voir le paysage. Ils lui préférerons les hautes collines d’Iraty, bien plus hautes mais bien moins raides une fois arrivé en haut en voiture. 
Ceci dit, je ne sais pas ce qu’on vois d’en haut vu que je n’ai pas trouvé de photos précises ni de vidéo. 
Donc je vous dirais quand j’y monterais.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Selva de Irati

C’est en cherchant un des pics d’Iraty que je suis tombé sur quelque chose qu’encore une fois je n’avais jamais vu nul part avant. 
Google indique Selva de Iraty qu’il traduit lui même par “Jungle d’Iraty”… Je suppose qu’il s’agit plutôt de “foret”.
La recherche Google ne donne… rien en Français, sauf… TripAdvisor. 
Ce n’est pas un site que j’apprécie particulièrement, surtout depuis qu’il a déclaré que la plus belle plage de France était la Cote des Basque… qui n’est une plage qu’une fois toutes les 6h quand la marée est basse… Bref.
Bref, 
TripAdvisor ne dit rien en réalité, il n’y a que 3 commentaires de personnes qui y sont allées et qui, certainement ont trouvé l’endroit très sympa bien qu’un peu perdu au milieu de la montagne. 
Le lieu à l’air magnifique, mais, en plus, c’est le point de départ vers ce que Google indique comme la waterfall cube, dont j’avais trouvé le nom en Espagnol mais que j’ai perdu au cours des recherches. A voir.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Le Lac d’Irabia – recherches sur internet

Je trouve beaucoup de données techniques de randonnées pour le lac d’Irabia mais pas grand chose qui en parle vraiment.
Situé dans la forêt d’Iraty, coté Espagnol il apparaît que le lac ne fait pas partie des lieux proposés par les Offices de tourisme locaux.
A ce que j’ai pus trouvé le lac est accessible depuis la France, ou l’Espagne mais les informations sont un peu parcellaires, soit elles indiquent le départ depuis un autre lieu, soit le texte passe par un “a un moment il faut tourner”, ce qui n’est pas particulièrement fiable. Une bonne recherche sur Google Map pourrait être utile.
Le lac d’Iraty (ou d’Irabia si on se trouve en Espagne), est un superbe lac artificiel qui se situe à la limite de la frontière franco-espagnole. Il est retenu par un barrage d’une hauteur avoisinant les 40 mètres qui a été construit au début des années 1920 (1921-1922 pour être précis) et fut rempli à partir de 1942.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Les Grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya

Les grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya (Izturitze eta Otsozelaiako leizeak, en basque), ou grottes d’Oxocelhaya et d’Isturits1 forment une série de grottes naturelles avec habitat préhistorique situées sur le site naturel de la colline de Gaztelu dans la vallée de l’Arberoue, en Basse-Navarre dans le département des Pyrénées-Atlantiques.
Elles font partie du réseau de grottes ornées de la chaîne pyrénéo-cantabrique, et sont classées par les monuments historiques depuis 1953
La grotte d’Isturitz, la première, est mondialement connue des archéologues. On y a retrouvé près de 45 000 pièces de mobilier et objets d’art, témoignant de la présence d’atelier de fabrication de vêtements datant d’il y a 14 000 ans ! Sur ses parois, des gravures rupestres remarquables, dont un pilier qualifié d’oeuvre d’art où trois animaux superposés interpellent encore les chercheurs.
Plus bas, la grotte sanctuaire d’Oxocelhaya est un ravissement pour les yeux, un chef d’oeuvre de la nature. Cette cathédrale du temps arbore des concrétions millénaires entrainant le visiteur dans la féérie d’un monde souterrain grandiose : stalactites, stalagmites, drapées, lignes cristallines, cascades, colonnes… qui témoignent d’une zone toujours en activité.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Les sources de la Nive et les salines d’Ugarré

J’avais déjà entendu parlé des sources de la Nive, une résurgence d’eau situé dans la commune d’Esterençuby que j’ai pus retrouver en partie sur Google. Et totalement par hasard, je suis tombé sur autre chose, qui doit être situé dans le même lieu, “le puis salé d’Ugarré” aussi appelé “Salines d’Ugarré”. 
Comme d’habitude pour les lieux dont on ne vous parlera pas dans les Office de Tourisme, il faut aller chercher la suite sur internet. Enfin si on a de la chance….
J’ai donc trouvé 3 pages de sites internet que je vous ajoute ici et que j’ajouterais dans la partie Bibliographie si ce n’est pas déjà fait. 
 

 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – L’ancienne redoute de Chateau-Pignon

Je viens de voir que Youtube ne propose qu’une vidéo familiale pour l’ancienne redoute de Chateau-Pignon.
La redoute a été construite en 1512, lors de la prise de la Navarre par que Ferdinand le Catholique. Elle à ensuite été le théâtre de plusieurs batailles entre Français, Espagnol et même Anglais. La forteresse était constituée de deux parties : un polygone de 100 m de circonférence cerné par un rempart et deux saillants accolés, destinés à renforcer les défenses.
fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
Mes recherche sur internet concernant l’ancienne redoute n’ont pas été très concluantes et selon les images de Google il n’y a pas vraiment de chemin pour monter jusqu’au sommet.
C’est donc une balade qu’il est préférable de faire avec au moins un téléphone pour reprérer les lieux.
Situé sur un sommet proche de la D428 il est aussi possible d’y accéder depuis un embranchement au niveau de la Vierge de Biakorri. 
Je n’ai pas non plus trouvé de photo précise du lieu, donc, c’est une balade à l’aveugle, ou vous pouvez attendre que j’aille y faire un tour pour donner plus d’indications. 

 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén