Pays Basque Inedit

Découvrez le Pays Basque autrement

Page 2 of 9

Sentier de découverte du Porc de Kintoa

Depuis la boutique de Pierre Oteiza, aux Aldudes que l’on peut retrouver sur l’article https://paysbasqueinedit.fr/porc-de-kintoa il est possible de partir balader dans la montagne à la découverte des parcs d’élevage des porcs.
Sur 2km, avec 120m de dénivelé, on peut voir les différents stades de production et les espaces réservés à un élevage artisanal.
Malheureusement Google Map n’intègre pas le sentier dans sa totalité.
Le sentier est composé de 15 points d’arrêts, proche des porcs, ou sur de beaux point de vue sur les vallées et les montagnes environnantes.
La première partie est une grimpette plutôt raide le temps d’arriver sur le plateau d’ou il est possible de voir une grande partie de la vallée des Aldudes, la suite est une descente en pente douce jusqu’aux portes du magasin.
Selon le flyer publicitaire de Pierre Oteiza, après cette balade, une pause gourmande s’impose. En fait, en plein été, après la balade c’est surtout une bonne boisson fraîche qui s’impose… D’autant plus utile si vous l’accompagnez de jambon ou de saucissons.

Porc de Kintoa de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Le porc de Kintoa

En baladant dans le Pays Basque profond, dans la montagne entre Banca et les Aldudes, ou beaucoup de Bayonnais ne vont jamais, nous avons fait une petite alte pour voir pourquoi il y avait tant de voitures garées partout. Pas mal de touristes et quelques locaux, tout le monde partais d’un bon pas vers le magasin de Pierre Oteiza, éleveur et artisan charcutier, spécialisé dans le porc de Kintoa et un des pionniers du développement l’agriculture haut de gamme de la vallée des Aldudes dont on peut retrouver les magasins de Saint Jean Pied de Port à Paris.
Le magasin est assez sympathique, plutôt noir de monde malgré que nous étions déjà en Septembre, avec ses jambons et saucissons accrochés au plafond et plusieurs plateaux de dégustation sur les tables. Les vendeuses tournoyaient d’un client à l’autre tachant de réponde à toutes les questions et de proposer les différentes préparations. Nous nous sommes assez rapidement éloignés en attrapant au passage un prospectus décrivant une balade découverte des porc de Kintoa.
En fait il est possible de visiter une partie de l’exploitation extérieur. Soit juste à coté de la boutique, soit sur un parcours un peu plus sportif sur la colline voisine.
Une balade assez sympa, dans un paysage étonnant pour le Pays Basque à cause de sa ressemblance avec la Provence, une terre aride, plutôt caillouteuse ou les plantes ce font rares. La première partie est une grimpette plutôt raide le temps d’arriver sur le plateau d’ou il est possible de voir une grande partie de la vallée des Aldudes, la suite est une descente en pente douce jusqu’aux portes du magasin. Malheureusement la journée chaude ne ce prêtait pas trop à la découverte des porcs, certainement tous planqués sous le couvert des arbres, mais il y aurait 400 animaux dispersés dans les champs.

Porc de Kintoa de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Sur les routes entre St Michel et Arneguy

Pour moi, jusque là, Iraty débutait au village de Mendive et culminait à peut près au niveau des chalets d’Iraty avant de redescendre sur Larrau
Au fil des sorties nous avons découvert un autre Iraty, qui n’était plus une simple route entre St Jean le Vieux et Larrau mais une zone couverte d’alpages à perte de vue entre la France et l’Espagne.
Les recherches que j’ai pus faire sur internet n’ont pas donné grand chose quand à la cartographie du lieu et la carte que j’ai pus trouvé à l’Office de Tourisme du Syndicat du Pays de Soule n’aide pas trop à parler du lieu vu que les frontières de la foret sont en pleine montagne.
Coté pratique, pour la route de St Michel à Arneguy on peut dire que la montagne commence à St Jean Pied de Port, ville de départ et d’arrivée de la boucle.
Les paysages sont a couper le souffle, même pour moi qui ai beaucoup voyagé, j’ai été impressionné par les pics, les vallées, les gorges, les routes à perte de vue… Sur les sommets d’Iraty on est dans un autre monde, là ou seuls les bergers et les animaux d’élevage ont leurs habitudes.

Iraty de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Sur les routes d’Iraty, entre St Michel et Arneguy

Pour moi, jusque là, Iraty débutait au village de Mendive et culminait à peut près au niveau des chalets d’Iraty avant de redescendre sur Larrau
Au fil des sorties nous avons découvert un autre Iraty, qui n’était plus une simple route entre St Jean le Vieux et Larrau mais une zone couverte d’alpages à perte de vue entre la France et l’Espagne.
Les recherches que j’ai pus faire sur internet n’ont pas donné grand chose quand à la cartographie du lieu et la carte que j’ai pus trouvé à l’Office de Tourisme du Syndicat du Pays de Soule n’aide pas trop à parler du lieu vu que les frontières de la foret sont en pleine montagne.
Coté pratique, pour la route de St Michel à Arneguy on peut dire que la montagne commence à St Jean Pied de Port, ville de départ et d’arrivée de la boucle.
Les paysages sont a couper le souffle, même pour moi qui ai beaucoup voyagé, j’ai été impressionné par les pics, les vallées, les gorges, les routes à perte de vue… Sur les sommets d’Iraty on est dans un autre monde, là ou seuls les bergers et les animaux d’élevage ont leurs habitudes.

Iraty de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Lac d’Irabia, les deux accès

En baladant à tord et à travers à la recherche du lac d’Irabia, Nous avons fini par le trouver. Enfin presque, la première fois, et réellement la deuxième.
Le lac est coté Espagnol, mais une partie des eaux qui le remplissent proviennent de France, ou de la frontière. Il paraissait donc logique, surtout qu’il y avait une route, qu’il était accessible depuis une des routes d’Iraty. Ce n’était pas aussi simple.
Au bout d’une route en pleine montagne il y a un chemin, au bout du chemin il y a une rivière, et, plus loin, il y a un pont.
Point… Il est interdis de passer par là.
En contournant le lac sur des kilomètres, toujours sur des routes de montagnes, il est possible d’y accéder, le trajet nous a pris tellement de temps qu’une fois sur place il a fallut faire demi-tour pour rentrer.
Quelques photos et quelques vidéos en poche, nous y retournerons. Il est possible de faire le tour du lac et, bien sur, le parcours est plutôt plat.
En attendant nous avons pus voir, une première fois, la rivière, et une autre fois, le barrage, les deux points les plus importants pour la création d’un lac artificiel.
Le périple à travers Iraty est impressionnant à lui tout seul, j’ai prévu d’y consacrer un autre article.

Lac d'Irabia de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Les Bardenas

Nous sommes partis balader il y a quelques mois entre Pampelune et Tudela pour découvrir un lieu assez exceptionnel, le désert des Bardenas.
Nous ne sortons pas du Pays Basque, enfin, tout dépend du point de vue, puisque, d’un coté, nous sommes en Pays Basque Espagnol et de l’autre en Navarre. Pour les touristes le Pays Basque Espagnol c’est loin, et pour les locaux, la Navarre c’est pas obligatoirement le Pays Basque non plus.
Caché en plein milieu des montagnes Pyrénéennes, entre la cote Atlantique verdoyante et les hauts alpages pyrénéens.
C’est en fait un désert plutôt étonnant ou le sable et le blé ce mélangent au gré des vents et des pluies.
Les chemins carrossables sont bien indiqués mais apparement pas pour Google…
Y aller depuis les environs de St Jean Pied de Port nous a tout de même pris 3h. Enfin, le délais est un peu élastique puisque à l’entrée des Bardenas, il n’y avait… rien.
En fait nous avons suivit l’itinéraire prévu par le GPS jusqu’à trouver le premier panneau qui indiquais le désert, puis, nous avons suivit les panneaux… Et nous avons traversé toutes les Bardenas de Mélida à Arguedas.

Désert des Bardenas de Alex Bouvet sur 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

A découvrir – Le pic d’Irau

Le Pays Basque est parsemé d’une multitude de colline qui sont toutes nommées “pic” alors qu’elles sont particulièrement arrondies…
Et voilà que je tombe sur le “pic d’Irau”, je regarde quelques sites internet et je me rend compte que personne ne parle de sa particularité. Le “pic” est en fait un double pic… c’est quand même pas rien quand 90% des autres sont ronds ! 
Encore une balade pour les acharnés de la montagne. Le dénivelé depuis le lieu le plus proche ou l’on peu ce garer n’est que de 100m, mais apparemment il n’y a pas de sentier pour y monter et selon d’ou on le prend on doit s’approcher de l’escalade…
Une fois en haut la vue doit être magnifique et bien dégagée. 
Je viens de voir que Google n’indiquais pas le Pic d’Irau mais le Col d’Irau, une fois au col impossible de rater le pic, il est juste à coté.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Les Cromlechs d’Occabe

Situé en pleine région d’Iraty, au centre des massifs montagneux du Pays Basque de France, le vaste pâturage d’Occabé occupe une place absolument privilégiée […] au centre d’un vaste réseau de voies antiques de tous temps consacrées à la transhumance […].
L’ensemble archéologique, au centre duquel se trouve Occabé, comprend le nombre impressionnant de 10 dolmens, 63 tumulus, 107 cromlechs et 232 fonds de cabanes […].
Selon les descriptifs de randonnée que j’ai pus trouver il faut partir du Chalet Pédro (A Iraty) mais par rapport aux courbes de niveau de Google personnellement je préférerais le chemin indiqué par le Col d’Irau. Si le dénivelé est le même la distance est un peu plus longue et donc la montée moins raide.   
Occabé est un lieu de pâturage, vous y verrez certainement des moutons, des vaches et les pottoks. Il est conseillé de ne pas trop s’approcher des animaux, même si ils sont habitué à la présence de l’homme ils sont tout de même en partie sauvage et peuvent avoir des réaction imprévisibles.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

A découvrir – Le pic de Béhorleguy

Attention balade a réserver aux grimpeurs acharnés. Vous allez voir la vidéo, et les courbes de niveaux de Google disent la même chose, ce n’est pas de l’escalade mais c’est très très raide !
Je note, tant que j’y suis que, toujours selon les recherches google map, il est préférable de garer la voiture vers le col de Landerre, je vous aurait bien dit Haritxarte mais impossible de savoir comment c’est sur place.
Le pic de Béhorleguy est particulier de par sa pointe et du fait qu’on le voit pratiquement depuis Saint Jean Pied de Port. Son coté pointu est en même temps un atout et un défaut puisque même si il aide à ce repérer ce n’est pas à son sommet que beaucoup monterons pour voir le paysage. Ils lui préférerons les hautes collines d’Iraty, bien plus hautes mais bien moins raides une fois arrivé en haut en voiture. 
Ceci dit, je ne sais pas ce qu’on vois d’en haut vu que je n’ai pas trouvé de photos précises ni de vidéo. 
Donc je vous dirais quand j’y monterais.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Selva de Irati

C’est en cherchant un des pics d’Iraty que je suis tombé sur quelque chose qu’encore une fois je n’avais jamais vu nul part avant. 
Google indique Selva de Iraty qu’il traduit lui même par “Jungle d’Iraty”… Je suppose qu’il s’agit plutôt de “foret”.
La recherche Google ne donne… rien en Français, sauf… TripAdvisor. 
Ce n’est pas un site que j’apprécie particulièrement, surtout depuis qu’il a déclaré que la plus belle plage de France était la Cote des Basque… qui n’est une plage qu’une fois toutes les 6h quand la marée est basse… Bref.
Bref, 
TripAdvisor ne dit rien en réalité, il n’y a que 3 commentaires de personnes qui y sont allées et qui, certainement ont trouvé l’endroit très sympa bien qu’un peu perdu au milieu de la montagne. 
Le lieu à l’air magnifique, mais, en plus, c’est le point de départ vers ce que Google indique comme la waterfall cube, dont j’avais trouvé le nom en Espagnol mais que j’ai perdu au cours des recherches. A voir.
 Retrouvez le lieu
avec Google Map

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén