Pays Basque Inedit

Découvrez le Pays Basque autrement – (PBInedit)

Page 2 of 10

La migration et la chasse à la Palombe

Nous sommes allé passer la matinée avec les membres du CPIE découvrir la migration et la chasse à la Palombe.
Malheureusement pour nous, ce jour là, pas une seule Palombe à l’horizon ! Pas de chance, mais ça nous à tout de même permis de découvrir le lieu et les ceux qui pratiquent cette chasse ancestrale.
Mais en recherchant sur internet j’ai trouvé bien mieux. Un documentaire de Seasons Hebdo
https://youtu.be/d-KfNpxLGms
Celle que j’ai trouvé ne viens pas directement de leur site, j’espère qu’elle ne sera pas supprimé, j’ai vu qu’ils avaient une chaîne Youtube, il faudrait rechercher la vidéo dessus au cas ou.
La chasse traditionnelle est la chasse au filet, elle ne reste autorisée qu’au nom de la tradition et n’est pratiquée que par des groupes de personnes définies dans des lieux spécifiques. L’association de chasse qui nous à ouvert ses portes est constituée d’une même famille qui fait perdurer un monde de vie transmis de générations en générations. 

Palombière by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Marais d’Orx

Le marais d’Orx ne ce situe pas au Pays Basque mais dans les Landes. C’est tout de même un lieu suffisamment particulier pour être cité ici dans les endroits insolites à visiter.
L’histoire des Landes est assez interessante, celle du marais s’inclue parfaitement dans l’historique. Mais ce qui nous intéresse le plus c’est le coté nature et un peu aventure qu’il représente actuellement.
Le marais est un espace protégé ou flore et faune vivent librement. Un long circuit en fait le tour, mais a mon avis il faut prévoir une sortie a la journée pour faire le chemin tranquillement.Il y aurait certainement beaucoup plus à en dire mais pour l’instant je vous laisse découvrir, j’y reviendrais plus tard.

Marais d'Orx by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Jardin Botanique de Bayonne

Caché au milieu des rempars érigés par Vauban en 1680, le jardin botanique municipal, installé sur un bastion de la forteresse avec 3000m² de terrain surélevé, est en plein cœur d’un espace sauvegardé entre la Cathédrale Sainte Marie et les Allées Paulmy.
C’est au service des espaces vert des années 1985 à 1990 que l’on doit la construction du jardin actuel.
Le jardin est divisé en neuf secteurs qui regroupent des espèces rares mises en valeur sur la base de l’impression qu’elles donnent au promeneur selon les saisons.
La meilleure période pour voir la floraison est entre fin juin et mi-juillet. De même, la période qui permet d’observer le développement végétal est de fin août a mi-septembre.
Apres quelques recherches sur internet j’ai trouvé la page wikipedia sur le Jardin Botanique, c’est la page la plus fournie
Page sur le site de la ville de Bayonne https://www.bayonne-tourisme.com/diffusio/fr/a-voir-a-faire/musees-sites/musees-sites/bayonne/jardin-botanique_TFOPCUAQU064FS000C2.php

Jardin botanique by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Chemins du Pays Basque (entre Mendive et Esterençuby)

 

Parfois en partant balader sur les petites routes du Pays Basque, loin des lieux touristiques et grandes voies de circulation, il arrive que l’on ce perde, que la route finisse et que le chemin commence.
En ces jours de beau temps de fin de saison d’été, alors que la terre est assez sèche et que les chemin son carrossable il est possible de ce laisser tenter par un peu d’aventure. Ce ne sont pas des lieux totalement vierges de toute civilisation, plutôt des routes d’agriculteurs et de chasseurs, certainement les seules personnes à venir ce perdre dans ce genre d’endroits, avec quelques touristes lunatiques.
Faites attention, ces lieux ne sont pas fait pour des balades en voiture neuve ni pour les touristes du dimanche tout droit sortis de leur ville goudronées, il faut un peu d’inconscience, de savoir faire et de volonté pour ne pas ce retrouver planter au millieu de nul part le téléphone à la main cherchant déséspérément un réseau fuiant pour appeller à l’aide.
Dans ces lieux vous pourrez retrouver un peu de nature à l’état brute, sans vous fatiguer, contrairement à certains marcheurs qui mettrons des heures pour arriver au même endroit, mais il y a des chances que le bruit de la voiture fasse fuire une majeure partie des animaux.
Pour la petite histoire, j’ai retenté l’experience de partir à l’aventure quelques jours plus tard, même pas loin, à 15km de Bayonne, dans un endroit ou Google nous indiquais plein de routes et surtout plein de villages. Malheureusement il s’est mis à pleuvoir, le terrain est devenu glissant, et de patinages en dérapages le demi-tour pour revenir sur nos pas à fini avec une aile de la voiture abimée et une facture bien salée chez le carrossier. Nous étions partis chercher des champignons, ça aurait coûté moins cher de les acheter au supermarché.

Chemins du Pays Basque by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Tauromachie – Le Recorte

Le recorte est une forme de course de taureaux primitive dont la pratique serait antérieure à la tauromachie telle qu’elle est pratiquée de nos jours. Comparable à la course Landaise ou Camarguaise elle ce démarque par son coté Espagnol, la présence de taureaux aux cornes intactes et des recortadores “a cuerpo limpio”, sans armes ni apparats.
Alors que la corrida est décriée, certains “aficionados” cherchent des solutions pour respecter la vie de leur bêtes.
Un spectacle familial, sans effusion de sang ni mort, ou le défit de l’homme est de dompter l’animal, revenir à ce qui à du être le début de la tauromachie, lorsque les gardiens de troupeaux ce défiaient entre eux.
Le recorte à maintenant son championnat de France avec des figures inventives pour feinter l’animal.
Le recorte, quand l’homme se cambre, l’animal glisse le long de ses reins.
Le quiebro, un écart similaire à celui que fait l’écarteur de la course landaise.
Le salto, un saut comparable à celui du sauteur de la course landaise.
Le salto a la garrocha est un saut à la perche au-dessus du taureau.

Recorte by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Dolmen de Gasteynia

C’est en partant à la recherche d’un hypothétique sommet avec un beau point de vue entre Mendive et Esterençuby que nous sommes tomber sur un minuscule panneau indiquant “Dolmen” sans autres informations.
Nous sommes partis voir ce site historique remarquable ( il a un article dans wikipedia ).
Un peu plus tard, alors que le premier article sur ce lieu était parus depuis un moment j’ai eu un message du responsable de l’équipe d’archéologue qui fait des recherches sur les dolmens des Pyrénées Occidentales.
Les recherches sont en cours et vous pourrez trouver plus d’infos sur sa page pro
Pablo MARTICORENA
et sur le site MégaNéo.
Donc, en attendant que les fouilles soient finies et les résultats publiés j’ai modifié la carte Google Map pour ne pas donner l’emplacement exact du dolmen.
Il est, bien sur, tout a fait possible de s’y rendre quand même mais il s’agit d’un terrain privé, fermé par une barrière et il y a des bêtes en pâturages (des chevaux au moment ou nous y étions) donc refermez bien les barrières.
Et comme vous êtes des gens bien élevés, si vous créez des poubelles sur place, emportez les avec vous en partant…
Dolmen de Mendive de Alex Bouvet sur 500px.com

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

L’atelier du piment

Fier, puissant et généreux, le piment est venu par la mer, ramené d’Amérique du Sud par nos marins au XVIe siècle. Au fil des générations, dans le secret de leur potager, les femmes l’ont choyé, choisi, sélectionné, lui donnant sa rondeur, sa force et son brillant. Ingrédient clé de la cuisine basque, il assaisonne nos plats au quotidien autant qu’il sublime les mets raffinés des plus grands chefs du monde. Est-ce son origine, son histoire ou sa saveur que confère au piment d’Espelette autant de caractère ? Ramuntxo tente une explication : le secret est peut-être là : le piment d’Espelette est une épice gorgée d’amour, un arôme qui vient du cœur.
Pas plus fort que le poivre, mais dix fois plus parfumé, le piment d’Espelette relève la plupart des plats et marie ses effluves raffinés à de nombreux produits. Il se décline presque à l’infini pour satisfaire tous les palais : poudre, gelée, sel, sauces et moutarde au piment, jambon, rillettes, saucissons et foie gras de canard au piment, crème de cerise noire, confitures et chocolats au piment, etc. Pour le remercier de tant de générosité, le piment est amplement fêté et honoré chaque année, le dernier weekend d’octobre.
Le village d’Espelette – Ezpeleta en basque – est situé dans la province basque du Labourd, au pied des montagnes et à 20 minutes de la côte atlantique. Son décor de carte postale, ses festivités et son authenticité le rendent irrésistible. En quelques pas, vous serez charmés par ses ruelles bordées de maisons blanches à colombage rouge, ses façades parées de cordes de piments scintillantes au soleil, son centre piétonnier, son château récemment restauré, son église, ses lavoirs et la silhouette du mont Mondarrain à l’horizon. Truite de Banka

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Carte Pays Basque Inédit

Choisissez le lieu en cliquant sur un des points bleus
Vous trouverez un lien vers l’article
A coté du titre, le lien vers google map

Les grottes de Sare

 

3e site le plus visité du Pays basque, les Grottes de Sare vous proposent une visite guidée en sons et lumières. Elle se compose de plusieurs thématiques : une géologie fascinante et atypique, l’occupation temporaire de la cavité par l’homme préhistorique sans oublier un pan de notre histoire à travers la mythologie mais aussi une approche des origines du peuple basque avec sa langue, ses traditions et ses paysages.
Cette visite a été conçue selon les travaux et écrits de J.-M. de Barandiaran, l’un des plus grands anthropologues de son temps. Une heure de visite, où le guide vous apportera des compléments d’informations, tout le long d’un parcours entièrement aménagé et sécurisé. Au rythme de la txalaparta, vous admirerez l’extraordinaire travail de l’eau depuis des millions d’années.
Franchissez l’un des plus grands porches du Pays basque, remontez les galeries pour observer méandres, tubulures, gours et autres concrétions sans oublier le site d’habitat préhistorique où se réfugiait l’homme. Les grottes de Sare vous surprendront par la qualité et l’originalité de leurs aménagements qui en font une visite interactive pour petits et grands.

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Les truites de Banka

La ferme aquacole de Banka, c’est d’abord un cadre magnifique et sauvage, niché au coeur du Pays Basque. Dès le XVIIème siècle, la source Arpéa alimentait là un moulin du village de Banka. C’est en 1965 que Jean-Baptiste Goicoechea décida d’implanter sur ce site un élevage de truites, persuadé que la qualité exceptionnelle de l’eau et la passion des hommes qui dirigeraient cette entreprise pourraient faire de la Truite de Banka une référence gastronomique.
Remarquablement préservée, à l’abri des grands axes de communication et de l’agitation urbaine, la VALLEE est une enclave verte qui s’enfonce en territoire navarrais. Outre la beauté de ses paysages et la diversité de son milieu naturel, la VALLEE est réputée pour la qualité de ses produits gastronomiques. Une vieille tradition d’élevage extensif perdure ici. Viandes, salaisons et fromages de la VALLEE sont reconnus bien au-delà du Pays Basque.
C’est ici que la source d’Arpéa cascade entre les roches pyrénéennes avant de traverser la Basse Navarre pour rejoindre l’Océan Atlantique. Cette eau classée 1A (meilleur classement national) emprunte le petit canal du moulin ancestral pour irriguer les bassins en escalier de la ferme aquacole. Cet environnement unique permet aux truites de Banka de bénéficier de conditions de croissance proches de celles de leurs cousines sauvages qui filent à quelques mètres de là.

Truite de Banka by Alex Bouvet on 500px.com


Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén