Pays Basque Inedit

Découvrez le Pays Basque autrement

Page 3 of 9

A découvrir – Balade avec un berger à Iraty

Au coeur de la montagne basque, à 30 min. de St Jean Pied de Port, sur le site incontournable d’Iraty, venez découvrir le métier de berger. Jean-Michel, issu d’une famille de bergers, vous fera découvrir son métier et les montagnes d’Iraty. En famille ou seul, cette balade est accessible à tous.   

 

 

 

Une montée d’environ 40 min. permettra de rejoindre le troupeau, puis J-Michel vous précisera la manière dont chacun se positionnera pour faire redescendre le troupeau vers le coral. Vous pourrez ainsi participer au comptage et suivre de près les soins apportés aux brebis. 
Enfin, le groupe se retrouvera à l’etxola autour d’un apéritif, et partagera un repas à base de produits de la ferme et locaux à volonté (pâté, charcuterie, Vin Irouleguy, Taloak, fromage AOC Ossau-Iraty, gâteau basque et café). Gardez un excellent souvenir d’une promenade authentique à la découverte du monde de l’estive.

Téléphone 05 59 37 37 05 / 06 51 88 83 37

Truite de Banka
 Retrouvez le site de 
l’entreprise

Partez à l’aventure avec les cartes du site !

Cliquez en haut a droite sur “Agrandir le plan

Dans “Lieux” – cliquez sur le lien 

En haut dans la partie rouge cliquez sur le panneau avec la flèche

 Une fois dans Google Map ajoutez votre lieu de départ

 

 

 

Etxe Arrosa

La pluie est venue a bout des balades qui fournissaient photo et vidéo, donc, en attendant un peu de pub pour la maison.

Etxe Arrosa de Alex Bouvet sur 500px.com

 

Etxe Arrosa (maison Arrosa en Basque) est un lieu que nous avons souhaité ouvert aux personnes que nous accueillons. Beaucoup l’ont déjà comparée a une auberge espagnole, on y trouve les amis, la famille, et des vacanciers venus visiter le Pays Basque. La maison est ouverte à tous, les espaces privés sont indépendants et vous laisseront toute la place pour vivre comme dans une colocation.

La table de la salle à manger à été prévue pour accueillir autant de monde que l’espace entre les murs le permet. Une place dans le frigo et le garde manger vous est réservée, le lave vaisselle et l’évier sont bien sur à votre disposition. Le salon du rez-de-chaussée est un lieu de rencontres, situé entre la cuisine et la salle a manger il permet de discuter avec ses voisins de chambre et les habitants des lieux.

Toutes les chambres en location sont au premier étage le long d’un couloir que nous avons essayé d’éclairer le plus possible. L’ouverture sur le toit lui donne un peu de lumière du jour et les miroirs placés sur les murs la reflète dans les coins les plus obscurs.
Dans le même espace ce situe un petit salon de lecture et de jeux de société.
Ici le calme est de mise, toutes les portes des chambres donnant sur le couloir.
La bibliothèque est en libre accès, vous pouvez prendre un livre, en laisser un autre, l’emporter, ou le lire sur place.

Dans la maison les 5 chambres indépendante au 1er étage. Toutes ont une vue sur le village ou les collines avoisinantes. Nous avons donné un nom et un style particulier à chacune d’entre elles. Il y a Artiste, Basque, Campagne, Détente et Estivale.

Ici l’aventure et la découverte et la détente sont au pas de la porte, le village, vieux de plusieurs siècle est en lui même un endroit à visiter, la Nive, rivière qui le longe, est aussi bien un espace de détente, avec le plan d’eau juste en bas de la maison qu’un parcours sportif pour les kayakistes, rafteurs et pêcheurs. Plus loin, Espelette et Saint Jean Pied de Port vous ferons entrer dans le coeur de la culture Basque.

Les gorges de Kakuetta

C’est une balade familiale .
Trajet de deux kilomètres au fond des gorges, profondes parfois de plus de 300 mètres.
Ces gorges qui ont été explorées pour la première fois en 1906 par Edouard-Alfred MARTEL, spécialiste des expéditions scientifiques sont aujourd’hui protégées.
01
Altitude: 630 M. Dénivelé: 540 M.
Durée: 02H00. (Aller et retour à titre indicatif) Période conseillée: De Mars à Novembre.
Difficultés: Aucune. Sortie pour tout public Matériel: Prévoir de bonnes chaussures de marche
Falaises vertigineuses, végétation luxuriante, refuge de rapaces majestueux, le coeur de la montagne basque réserve bien des surprises aux amoureux de la nature !

Les Gorges de Kakuetta, Amazonie des latitudes tempérées, invite les visiteurs à sillonner un large canyon sur près de 2 km de long, le long d’une rivière tortueuse.

Gorges de kakuetta

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

La Villa Arnaga

Edmond Rostand a 32 ans lorsque, mal remis d’une pleurésie contractée pendant les répétitions de L’Aiglon, il loue à Cambo la villa Etchegorria.
À son retour de Paris, où il vient d’être élu à l’Académie française (1901), il achète une parcelle située sur une colline où serpente l’Arraga. Il aménage le terrain et de 1903 à 1906 fait construire la villa, où il écrira Chantecler.
On compte parmi les amis qui participent aux réceptions fastueuses qui s’y déroulent — qui conduiront son propriétaire à la ruine, les droits d’auteur de Chantecler y seront engloutis — le compositeur et pianiste Jules Massenet.
Après la mort de Rostand en 1918, le mobilier et sa bibliothèque sont dispersés, dont en particulier des panneaux anciens et précieux en laque de Coromandel.
La municipalité achète la villa en 1960 pour en faire le « Musée Edmond Rostand ».
Vous serez éblouis par les décors luxueux des 19 pièces de sa villa de style néo-basque, mais aussi étonnés par la modernité des installations : électricité, eau chaude, hydrothérapie… Vous tomberez également sous le charme des 4 hectares de jardins à la française qui viennent de retrouver leur perfection après trois années de travaux. La douceur du jardin anglais et le calme de la basse cour agrémenteront agréablement votre visite. Véritable poème de pierre et de verdure à découvrir ou a redécouvrir!

Retrouvez l’article
sur le blog
paysbasqueinedit.fr

Retrouvez
le lieu sur
Google Map

Le Jara

Dans les sommets du Pays Basque tout le monde connais la Rhune et Iraty, qui sont partout sur les guides de voyages. Mais il y en a bien d’autres dans ce pays ou la majorité du terrain est vallonné.




[ngg_images source=”galleries” container_ids=”34″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]




Nous sommes montés au Jara, affiché sur les cartes comme étant sur la commune d’Irouléguy il est en fait bien plus près de Saint Martin d’Arrossa.
En grand sportifs que nous sommes, c’est en voiture que nous avons atteind le haut de la coline, mais si le but de la marche n’est pas d’arriver en haut mais bien de profiter d’un paysage magnifique que l’on peut voir sur le trajet, le Jara est un des sommets qu’il faut vraiment faire à pied pour apprécier l’étendue du Pays Basque interieur.
En voiture c’est un peu particulier, ca monte raide, la route est étroite, parfois pas bien goudronnée, et avoir un GPS peut être une bonne chose pour ne pas ce perdre dans le méandre de voies qui ce perdent sur les crêtes et dans les vallées avoisinnantes.









Il y avait un vent à décorner les boeufs, mais pas une seule vache, juste des moutons d’une ferme voisine. Par contre le temps clément nous a permis de voir plusieurs oiseaux, des milans et des vautours.
Aussi étonnant que cela paraisse, nous y avons aussi trouvé un lieu ou pic-nicker, avec table et bancs en bois. Je n’en avais pas parlé dans mon premier article il a presque 1 an, parce que cet espace n’existait pas quand j’y suis monté la première fois.








Vers la Digue de Tarnos

Cette fois nous partons vers un lieu un peu particulier. Nous allons à la Digue de Tarnos… Oui on est dans les Landes, enfin sur le plan et dans la tête des habitants c’est parfois un peu brouillon. 
Pour aller à la Digue de Tarnos, qui est à l’embouchure de l’Adour, depuis la mairie de Bayonne, il faut d’abord traverser l’Adour. Pour passer dans les Landes ? Et bien non ! Pour aller à Boucau, qui est ? Dans les Pyrénées Atlantiques ! 
Donc nous allons voir une Digue, qui est dans les Landes, mais en passant par les Pyrénées Atlantiques… 
Vous ne suivez plus ? Ne vous en faites pas, vous n’êtes pas les seuls… Regardez sur Google Map ça sera plus simple.



Toutes les photos dans la galerie 500px !




Donc nous allons au bord de la mer, les plages de sable fin, le soleil, le surf, les touristes, on est sur la côte Atlantique quand même ! 
Vous croyez ? 
Vous le verrez dans la vidéo, tout commence par.. un port commercial et une zone industrielle…
Et quel port ! Pour le site internet http://www.bayonne.port.fr l’histoire commence au 12ème siècle “Au Moyen Age, Bayonne devient véritablement un port maritime et fluvial qui connaît son âge d’or entre le 12ème siècle et le 14ème siècle, au temps de la suzeraineté anglaise.”
Mais ce n’est pas l’objet de l’article. 










En fait l’article s’arrête là. Il y a encore beaucoup de choses à dire et j’ai prévu d’écrire plusieurs articles au sujet de la Digue de Tarnos. Vous verrez en y allant que si la Digue elle même est un lieu à voir, la plage de la Digue et le “champs de tir” à aussi son coté remarquable et historique tout comme les bords de l’Adour.





Plage de la Digue – Tarnos

Juste à coté des grandes plages touristiques d’Anglet, ou surchargées de Biarritz il est possible de trouver des lieux calmes, tout aussi immense qu’ils sont désertiques. Les plages des Landes.

Si vous venez au Pays Basque il vous suffira de traverser le fleuve de l’Adour pour passer dand les Landes, enfin presque, il vous faudra quelques kilomètre supplémentaire pour sortir du Département des Pyrénées Atlantiques.

La première plage des Landes ce situe juste de l’autre coté de l’estuaire, vous pouvez la contempler en vous baladant à La Barre à Anglet entouré de centaines de touristes. En fait vous ne verrez pas grand chose, surtout ce qui pourrait ressembler à une zone industrielle (ce qui est le cas d’ailleurs), et un long mur ce prolongeant vers la mer, la Digue de Tarnos.
La Digue cache une plage immense, et pratiquement désertique, parsemée de tronc d’arbres laissés là par la marée et d’ancien bunkers, reliques du mur de l’Atlantique consrtuit par les Allemands.

Pour y aller il va falloir vous munir d’un peu d’ouverture d’esprit, le seul chemin passe au millieu d’une zone industrielle en activité, pas vraiment l’endroit ou l’on pense pouvoir ce mettre en maillot de bain… Mais au final vous arriverez sur un immense parking, fréquement vide, et une plage ou vous ne trouverez que quelques locaux et des touristes avertis.

Bonne baignade !




[ngg_images source=”galleries” container_ids=”28″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”0″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]







Le BAB – Bayonne/Anglet/Biarritz










Dans un méandre de routes et de villes “l’agglomération Bayonnaise” représentée par le sigle BAB (Bayonne – Anglet – Biarritz) ce compose en fait d’une multitude de villes liées les unes aux autres. 
Vous découvrirez, entre autre que le fleuve de l’Adour n’est pas la limite du Département des Pyrénées Atlantiques, Boucau, sur l’autre rive, fait aussi partie du Département même si il est collé au département des Landes par la ville de Tarnos. 
Dans le même temps, le “port de Bayonne” est en fait sur la rive opposée du fleuve, donc du coté de Boucau, mais, la digue du port, qui est à l’embouchure du fleuve à peine quelques kilomètre plus loin, appartient à Tarnos… 

La grotte du Saint qui sue

Perché au dessus de Bidarray (prononcez Bidarraï et non Bidarrai) perdu dans les montagnes ce trouve la grotte du sain qui sue. 
C’est un lieu a flan de montagne, pratiquement au milieu de nul part, ou l’on trouve dans un renfoncement de la paroie de quelques mètres, un stalagmite d’un peu plus d’un mètre censé ressembler à un visage, couvert de l’eau de la source qui poursuit son oeuvre. 

Si la grotte en elle même à certainement un aspect religieux important, elle n’a que peu d’intérêt “touristique”. Par contre, aussi bien le long du chemin qui monte jusqu’à là, que sur le petit bout de chemin qui aboutis à un plateau (visible depuis la grotte) le paysage est magnifique. 
En plus de la vue dégagée sur la colline d’Itxusi juste en face et sur la vallée du Bastant, il est fréquent de voir des vols de vautours naviguant dans les courants ascendant et descendant juste au dessus.

Un autre article correspond au même lieu 
https://paysbasqueinedit.fr/zarkambide




[ngg_images source=”galleries” container_ids=”7,55″ exclusions=”46,463,464,466,467,468,469,470,471″ display_type=”photocrati-nextgen_basic_thumbnails” override_thumbnail_settings=”0″ thumbnail_width=”240″ thumbnail_height=”160″ thumbnail_crop=”1″ images_per_page=”20″ number_of_columns=”0″ ajax_pagination=”0″ show_all_in_lightbox=”0″ use_imagebrowser_effect=”0″ show_slideshow_link=”1″ slideshow_link_text=”[Montrer sous forme de diaporama]” order_by=”sortorder” order_direction=”ASC” returns=”included” maximum_entity_count=”500″]







Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén